La fête du printemps dans l’Europe de Sud-Est

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une de plus belles fêtes du printemps.

Transmise de génération en génération cette fête ne vous laissera pas indifférents surtout si vous êtes en Bulgarie, Roumanie ou Moldavie le 1er Mars. Car ce jour-ci les gens s’offrent des cordonnets rouges et blancs pour fêter l’arrivée du printemps. Il s’agit d’une fête très conviviale et douce.

img_4053

En Bulgarie on l’appelle «Mартеница» (martenitsa) en Roumanie et Moldavie «Mărțișor » (martzishor).

Les enfants préparent leur « martzishor » ou « martenitsa » à l’école ou à la maison, ils les offrent à leur famille, aux enseignants, aux médecins, aux boulangers, amis et voisins. C’est pareil pour les adultes indifféremment de leur statut sociale.

Aujourd’hui, les gens préfèrent d’acheter les beaux bracelets car impossible de passer à côté des standes remplient des porte-bonheur rouges et blancs.

00101814_large
Crédit Photo ziuadecj.realitatea.net

Il existe plusieurs légendes concernant cette fête. Vous pouvez lire davantage ici. Mais un personnage qu’on retrouve chez les bulgares et les roumains c’est la veille femme Dochia (pour les moldaves et les roumains) et Baba Marta (pour les bulgares). Ce n’est pas un personnage facile. Avec un caractère acariâtre elle change rapidement de l’humeur. Elle est aussi très pressée à faire le ménage chez soi – le fameux rangement de printemps.

dochia-3-1
Crédit Photo touristinromania.net

Son tempérament correspond au renouvellement du temps lors du passage d’une saison à l’autre.

img_4113

Les roumains disent qu’a l’époque de Daces on fêter déjà « martzishor». Il semblerai que les Daces offrait des cailloux peints en rouge et blanc ou des monnaies (en or, argent, bronze en fonction de leur statut sociale) à leur proches. Ils les attachaient au cou ou au poignet. Pour eux ce geste symbolique était porteur de fertilité, de beauté et de protection contre les forces malignes.

img_4048

Les bulgares évoque la promesse de Khan  Asparoukh faite à sa femme. En cas de victoire il promet d’attacher au pied du pigeon voyageur un fil blanc. Etant blessé le fil porter quelques tâches de sang.

img_4117

Aujourd’hui, on porte « martenitsa» au poignet ou sur la poitrine, rares sont ceux qui la mettent autour du cou. On les offres entre 1er mars et 8 mars. La tradition dit que le porteur du talisman doit le retirer lorsqu’il aperçoit une cigogne, une hirondelle ou un arbre fleuri. Ce sont les trois symboles du printemps. On attache le port-bonheur sur un arbre en faisant un vœu ou on le met sous une pierre.

24023_28557_17
Crédit photo Floria

Chez nous une gentille cigogne est venue nous apporter les « martenitsi ». Elle a toqué à la porte de ma fille lors de son réveille. Quelle joie. Elle a tout de suite adoré cette marionnette. Avant même de prendre son petit déjeuner elle a voulu lui offrir un : des graines, du l’eau et une pomme de pin. Bon, la cigogne a mangé ce qu’elle a pu 🙂

img_4059

Voici le tutoriel pour réaliser la cigogne.

img_4057img_4084

img_4095

Qu’en pensez-vous de cette tradition?

Abonnez-vous à la newsletter et retrouver Restons Créatifs également sur Facebook

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s